Agriculture Connectée en Hauts-de-France

Imprimer la page

L’évolution significative du nombre  de capteurs et la mise en  marché de nouvelles technologies en agriculture offrent de nouvelles perspectives en termes de données à disposition des agriculteurs. L’utilisation des agroéquipements connectés, sources de data, est parfois assez complexe et nécessite également de mettre en place un accompagnement spécifique des exploitants et de leurs salariés. Face à des technologies utiles mais complexes, les agriculteurs ne s’approprient  qu’une infime partie des possibilités offertes par leurs machines.

Les chambres d’agriculture animent une association, Agriculture Connectée en Hauts-de-France, qui regroupe une quinzaine d’agriculteurs de l’Aisne, l’Oise et la Somme, « précurseurs » et/ou fortement intéressés par le développement des nouvelles technologies en agriculture. Ces agriculteurs souhaitent disposer d’un cadre pour échanger leurs informations, réaliser des tests de matériels innovants et découvrir de nouveaux outils leur permettant d’atteindre la triple performance sur leurs exploitations. L’objectif est aussi de travailler avec différents partenaires intéressés sur différentes thématiques : scientifique, économique…

L’animation du groupe peut se diviser en 4 actions prioritaires :

  • Réalisation de tests et essais matériels sur les exploitations - Un certain nombre d’agriculteurs du groupe sont équipés de matériels innovants, d’autres souhaiteraient investir prochainement. La force de l’association est de créer un cadre d’échanges pour aider les agriculteurs à choisir un matériel, et avoir des retours terrain. Grâce à ce cadre d’échanges, l’idée est de solliciter le prêt de matériels innovants pour permettre aux agriculteurs de les tester, aussi bien sur leur utilité que leur fiabilité ou leur fonctionnement. Un certain nombre d’essais a déjà eu lieu, sur la partie agronomique avec la modulation de semis, et au niveau du matériel avec le test de deux boitiers de tracking permettant de connaître les temps de travaux des matériels, et ainsi permettre, entre autres, une connaissance précise des coûts de mécanisation. 
  • Visites de fermes innovantes ; Interventions de spécialistes - Les agriculteurs du groupe sont « précurseurs », et ont besoin de s’intéresser à d’autres exploitations innovantes, fermes pilotes etc. La première d’entre elle est la ferme 3.0, dans la Somme, exploitation en lien étroit avec le groupe. Pour exemple, 2 journées de formation sur le guidage et la modulation ont lieu sur cette exploitation afin de permettre aux agriculteurs de manipuler différentes consoles. Un certain nombre d’innovations y sont testées et diffusées au groupe. Pour aller plus loin, d’autres exploitations pourront être visitées, et des spécialistes pourront être invités à réaliser des interventions sur des sujets intéressant les agriculteurs.
  • Diffusion des pratiques - Les agriculteurs du groupe souhaitent faire évoluer leurs pratiques et leur matériel sur leurs exploitations, mais ils veulent aussi que d’autres les suivent, s’en inspirent, et développent ensemble une agriculture connectée. Cette agriculture leur permettra de gagner en compétitivité économique, en confort de travail, mais pourra aussi les aider dans leur prise de décision, dans la baisse de leur utilisation d’intrants etc. 
  • Travail avec des start-up/entreprises/écoles pour développer de nouveaux outils - Les entreprises et start-up développent ou améliorent leurs concepts à une très grande vitesse. Malgré cela, certains besoins ne sont pas couverts ou ne correspondent pas à ce qui est demandé par les agriculteurs. Grâce à ce groupe, ils peuvent être force de proposition et travailler avec différents organismes pour développer de nouveaux outils.