Vous êtes ici : Accueil > Publications > Environnement, territoire

Environnement, territoire

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Toutes les publications

Auximore est un projet national piloté par la Chambre Régionale d’Agriculture de Picardie qui vise à sensibiliser les agriculteurs à la faune auxiliaire naturellement présente sur les parcelles, afin de favoriser la lutte biologique. Cette année, 8 agriculteurs picards volontaires ont testé différents systèmes de suivis : pot...

Les agriculteurs et chasseurs sont de réels gestionnaires des espaces et des milieux.

Les prairies humides fauchées ou/et pâturées sont des habitats riches en biodiversité (flore et faune). Inondées ou gorgées d'eau en hiver, elles sont fort utiles à la régulation des cours d'eau, notamment pour la prévention des inondations. Elles sont à la fois le meilleur outil de gestion écologique et d’entretien applicable...

Ce guide, réalisé par SOMEA et la Chambre d‘agriculture du Nord-Pas de Calais avec l'aide de l'Agence de l'eau Artois-Picardie, présente les différentes solutions d’aménagements (haies, fascines, bandes enherbées, …).

Le sol est un milieu méconnu, qui abrite pourtant une faune très importante. Bien sur certains auxiliaires de culture y nichent. La micro-faune (bactéries, champignons,…) a, quant à elle, une très grande influence sur la nutrition minérale et la santé des plantes !

Les arbres vivants et ceux morts sur pied ou tombés au sol sont des éléments favorables à la biodiversité. Leurs cavités offrent des gîtes pour les espèces cavernicoles (oiseaux et chauves-souris), les souches et tas de branches accueillent la petite faune terrestre (hérissons, batraciens).

Venant du latin "ripa", la rive et "sylva" la forêt, la ripisylve est une bande boisée située le long des cours d'eau. Lorsqu'elle est en bon état, on y retrouve plusieurs strates de végétation et plusieurs essences, le tout sur une largeur de quelques mètres (au delà, on parle de forêts alluviales).

Les pertes de terres liées à l’érosion peuvent être considérables : jusqu’à 12 m3/ha et par campagne. Cette terre est généralement la plus riche en matière organique et éléments minéraux.

 

Alors que jusqu’alors arbres et cultures agricoles vivaient dans deux mondes distincts, l’agroforesterie consiste à les faire cohabiter sur une même parcelle. L’objectif de cette combinaison pour le moins atypique en Picardie est de profiter des interactions positives qu’ont chacune des productions vis à vis de l’autre.

Le rôle des auxiliaires de culture est de rendre acceptable d'un point de vue économique la pression des ravageurs sur les cultures. Ce sont des êtres vivants prédateurs ou parasitoïdes des espèces animales néfastes aux cultures.

Implanter une haie n’est pas anodin, ce linéaire étant voué à rester en place de nombreuses années. Il est donc fondamental de réfléchir en amont sur les attentes vis à vis de la future haie.

novembre 2013

Le carabe est un coléoptère généralement inapte au vol. C'est un animal principalement carnivore qui se nourrit de proies variées (limaces, acariens, pucerons,...).

 

novembre 2013

A l'état larvaire, les syrphes sont apodes et se nourrissent surtout d'homoptères (pucerons, cochenilles, cicadelles,...). A l'âge adulte, ils atteignent une taille comprise entre 4 et 35 mm et leur alimentation est à base de nectar et de pollen, ce qui en fait de bons pollinisateurs.

Ce guide vous fera découvrir ce qu'est l'érosion et les facteurs qui la favorise. A travers les nombreuses fiches techniques, apprenez à lutter contre ce phénomène en utilisant les différents moyens détaillés dans ce guide.

Les auxiliaires assurent un contrôle, parfois discret, mais souvent efficace des ravageurs des cultures. Lorsque les températures baissent, si certaines espèces vont jusqu’à migrer en Afrique, la plupart vont trouver un abri pour traverser la mauvaise période.

La pratique hivernale des tailles, élagages, émondages des haies doit permettre de garantir la pérennité des haies et la protection du milieu. Les haies « anciennes » sont souvent très diversifiées et favorisent la biodiversité.

Une haie a une capacité « d’acteur multicarte » à étudier quand on réfléchit à sa localisation : brise-vent, lutte contre l'érosion, absorption de nitrates, accueil des auxiliaires de cultures ou encore production de bois.

Cette fiche présente les auxiliaires et leurs actions sur les cultures. Elle donne également des informations sur les pratiques à mettre en place pour favoriser les auxiliaires afin qu'ils aient une incidence positive sur les cultures.

Le réseau AuxiProd a pour objectif la mise en place d'une agriculture productive, économiquement viable et qui préserve l'environnement et la biodiversité. Cette fiche répertorie également l'ensemble des communes éligibles sur le réseau AuxiProd.

Ce guide est une présentation synthétique du contexte, des enjeux, des pistes d'actions sur la biodiversité en milieu agricole. Il a été réalisé dans le cadre du projet IBIS et permet d'appréhender la biodiversité à une échelle plus large que celle de l'exploitation agricole.

septembre 2013

La haie est une structure arborée particulière (notamment parce qu'elle est linéaire) qui abrite une biodiversité spécifique. Elle joue un rôle positif pour les cultures en permettant, par exemple, d'héberger les auxiliaires de cultures.

septembre 2013

Il est nécessaire d'entretenir une haie au moins deux fois sur les cinq ans. Pour cela, il est important de respecter certaines règles qui sont répertoriées dans cette fiche.

septembre 2013

Les haies présentent de multiples avantages environnementaux (qualité de l'eau, du sol, préservation de la biodiversité,...). Ce document recense les quelques règles importantes à respecter lors de l'installation d'une haie ainsi que les aides financières existantes.

Les arbres têtards constituent un aménagement environnemental particulier. Cet aménagement est réglementé par un cahier des charges particulier et peut faire l'objet d'une aide de 3€/arbre/an.

Lors de la mise en place d'un aménagement, le choix de l'espèce implantée est important. Cette fiche vous permet de retrouver la majorité des essences intéressantes dans des aménagements boisés.

Voici un article sur le projet CasDar consacré aux entomophages en grandes cultures. Cet article présente, entre autres, la diversité, les services rendus par les entomophages lorsqu'ils sont intégrés et pris en compte dans la gestion des grandes cultures.

Cette fiche est une présentation du projet CasDar qui s'est déroulé entre 2009 et 2011 sur le rôle que peuvent avoir les entomophages en grandes cultures. Elle résume les actions mises en place, les dispositifs utilisés ainsi que quelques résultats expérimentaux.

Cette pratique consiste à ne pas appliquer de produits phytosanitaires sur les premiers mètres en bordure de la parcelle. Cela a un impact sur la biodiversité et notamment sur les oiseaux qui nichent préférentiellement en bordure de parcelle. Ce document vous donne des éléments techniques et économiques pour rendre cette...

La protection contre les bio-agresseurs est une composante principale de la gestion des cultures. Aujourd'hui, les traitements préventifs systématiques sont remplacés par d'autres méthodes alternatives. Cette fiche vous offre de nombreuses possibilités de gérer différemment la protection des cultures ainsi que des informations...

Les politiques actuelles encouragent les agriculteurs à diminuer leur usage de produits phytosanitaires. En effet, l'observation et les interventions ponctuelles sont aujourd'hui privilégiées au détriment des traitements préventifs systématiques. Vous trouverez dans ce document des informations techniques et économiques pour...

Ce sont de petits îlots d'arbres qui jouent un rôle dans la préservation de la biodiversité (au même titre que les haies notamment). En effet, ces éléments sont important dans la structuration du paysage et servent de refuge à la faune sauvage.

Les bosquets sont des lieux qui abritent de nombreuses espèces végétales ou animales. Leur surface peut aller de 5 à 50 ares. Vous trouverez dans cette fiche le cahier des charges à respecter pour l'entretien de cet aménagement ainsi que les aides financières existantes.

Cet article présente les résultats d’une analyse de Diptères Syrphidés capturés entre 2009 et 2011 par l’emploi de tentes Malaise, autour de parcelles agricoles dans la Somme (Marcelcave, Bayonvillers).

Voici un article scientifique sur Laricobius erichsoni, un coléoptère présent dans l'Oise. Cet article résulte de l'observation de cet animal auxiliaire en Picardie.

Une étude portant sur des Coléoptères Carabidés a été menée de 2009 à 2011 sur des parcelles agricoles du Santerre (Somme, France). Elle a permis le recensement de 60 taxons. Parmi eux, 9 espèces semblent remarquables pour le département considéré. Vous pourrez trouver, pour ces espèces, des informations biologiques et...

Les Cultures Intermédiaires Piège A Nitrate (CIPAN) permettent de ne pas laisser le sol nu pendant l'hiver. De plus, ces cultures ont pour objectif de piéger l'azote du sol et de le rendre disponible pour la culture qui sera implanté ensuite.

septembre 2013

Le travail du sol joue un rôle prépondérant dans la préservation de la biodiversité. En effet, en fonction des choix de l'agriculteur, les végétaux et les animaux présents dans le sol seront différents. L'agriculteur joue donc un rôle très important pour la diversité faunistique et floristique.

La qualité de l'eau joue un rôle important pour la préservation de la biodiversité prairiale. En effet, les prairies jouent un rôle d'épurateur des eaux et recueillent les semences pour diversifier la flore. Elles sont également un formidable abri pour de nombreux animaux.

septembre 2013

Le pré-verger est un aménagement qui associe les arbres fruitiers hautes tiges à la prairie. La préservation de la biodiversité y est favorisée grâce, entre autres, à une densité plus faible d'arbres par rapport à un verger classique (moins de 100 arbres/ha en général alors qu'un verger moderne peut avoir jusqu'à 3 000...

Les prés vergers constituent des habitats particuliers tout à fait favorables à la vie de certaines espèces. Ils contribuent, de plus, à la qualité du paysage. Leur entretien nécessite le respect d'un cahier des charges particulier et peut faire l'objet d'aides financières spécifiques.

septembre 2013

La flore prairiale est dominée par les graminées mais elle peut, en fonction des pratiques agricoles, héberger d'autres espèces remarquables pour la région.

septembre 2013

Le triton crêté est le plus grand des tritons français. Il peut, en effet, atteindre 16 cm de long. C'est un animal carnivore qui se nourrit essentiellement de petits invertébrés.

septembre 2013

Les mares et les mouillères jouent un rôle non négligeable dans la préservation d'une certaine biodiversité. Vous trouverez dans cette fiche quelques recommandations techniques et économiques sur la gestion d'une mare ou d'une mouillère.

Les talus enherbés répondent à plusieurs objectifs environnementaux. Voici quelques informations sur le cahier des charges à respecter ainsi que sur les aides possibles pour ce type d'aménagements paysagers.

septembre 2013

Les mares sont de formidables réservoirs pour la biodiversité. Cette fiche vous apporte des informations sur la réglementation à respecter lors de l'installation d'une mare.

septembre 2013

L'entretien d'une mare nécessite le respect de certaines règles importantes qui sont répertoriées dans cette fiche pratique. On trouve également les aides possibles pour ce type d'aménagement.

Plusieurs mesures agro-environnementales existent pour les surfaces en herbe. Ce document récapitule les principales différences techniques et économiques entre elles.

Les prairies et bandes enherbées font l'objet d'un cahier des charges spécifique. Vous trouverez dans ce document les quelques règles à appliquer pour l'entretien de vos aménagements mais aussi des informations sur les aides existantes.

Voici quelques conseils pour favoriser les vers de terre. Des auxiliaires très importants qui ont un triple rôle dans le sol : ils restructurent le profil dans sa verticalité (contre les compactages d’outils et de bennes), remontent des éléments minéraux des profondeurs du sol, et mélangent la matière organique aux argiles et...

Les pelouses et landes sèches sont des espaces qui abritent une biodiversité particulière. Elles sont en déclin depuis quelques années en Picardie à cause, notamment, de leur faible rentabilité. Cependant, des aides existent et un cahier des charges a été établi pour préserver ces zones importantes pour la biodiversité.

Le choix de retarder la fauche sur les prairies permet de favoriser le développement d'une flore remarquable ainsi que de constituer un habitat intéressant pour la faune. Cet action doit se faire en respectant un cahier des charges et peut être soutenu par des aides.

Les travaux de récolte peuvent être réalisés de manière à limiter l'impact néfaste sur la biodiversité. Pour cela, quelques recommandations techniques, répertoriées dans cette fiche, existent.

L'irrigation se définie par l'apport artificiel d'eau sur les cultures. Dans cette fiche, on ne traite que de l'irrigation en grandes cultures et des moyens pour la gérer. Quel impact sur la biodiversité ? Quelles recommandations techniques ? Quelle incidence économique ?

Les couverts en gel, les zones de régulation écologique ainsi que les couverts faune flore font l'objet d'un cahier des charges particulier à respecter. Des aides financières ont également été mises en place pour les agriculteurs.

Les bandes enherbées et les prairies offrent de nombreux avantages (limitation de l'érosion, refuge pour la biodiversité,...). Cette fiche vous aidera à mettre en place cet aménagement puisqu'elle contient un cahier des charges ainsi que les aides existantes.

Ces sont des couverts qui répondent aux exigences spécifiques d'espèces végétales ou animales à protéger dans un objectif de maintien de la biodiversité. Ces couverts doivent répondre à un cahier des charges et peuvent faire l'objet d'aides spécifiques.

septembre 2013

Les jachères aident à préserver la biodiversité animale et végétale. Elles permettent également de limiter les phénomènes d'érosion et de lessivage des intrants. Cette mesure doit répondre à un cahier des charges précis et peut faire l'objet d'aides financières spécifiques.

Ces zones permettent de renforcer les populations d'auxiliaires et de participer à la restauration de la qualité de l'eau grâce à la diminution de l'utilisation des intrants. Cette fiche reprend le cahier des charges ainsi que les aides existantes.

Cette fiche rassemble les diverses espèces potentiellement utilisables pour les couverts avec plusieurs éléments de décision importants.

septembre 2013

La ripisylve est une structure arborée plutôt linéaire de bord de cours d'eau. Elle permet d'héberger une faune et une flore particulière qu'il est difficile de retrouver dans d'autres zones. C'est pour cela qu'il est important de les préserver. Cette fiche vous permettra d'obtenir des informations pour la mise en place de cet...

La perdrix grise appartient à l'ordre des Galliformes. Il s'agit d'une espèce chassable dont la population décline depuis quelques années. Le perdreau consomme des invertébrés avant de changer de régime pour se nourrir de végétaux à partir de 2-3 semaines. Cette fiche vous offre des informations sur la gestion des perdrix grises...

La ripisylve est le nom de la formation arborée et arbustive située  sur les bords des cours d’eau. Vous trouverez ici certaines informations pour vous aider à l'entretenir (cahier des charges, aides financières,...).

Le fossé possède des caractéristiques qui ont un impact sur la biodiversité. Vous obtiendrez aussi quelques recommandations techniques, des informations réglementaires et économiques sur la gestion des fossés.

Les fossés jouent un rôle d'épurateur des eaux et permettent le maintien de certaines espèces vivantes. Ce document vous apporte des informations sur la réglementation et la cahier des charges à respecter. Vous obtiendrez aussi quelques indications économiques.

Les débouchés de l'agroforesterie sont multiples. Ils comprennent bien entendu les revenus agricoles liés à la culture mise en place, mais également la vente du bois qui peut être valorisé de différentes façons.

septembre 2013

Le bâti peut être à usage d'habitation ou à usage agricole. Celui-ci a un impact sur la biodiversité. En effet, très souvent, le bâtiment traditionnel sert de refuge pour la faune et la flore et permet donc le maintien de certaines espèces.

septembre 2013

C'est un oiseau limicole de taille moyenne qui possède une longue huppe noire recourbée sur le tête. Il vit dans des endroits ouverts et humides à la végétation peu dense. Les populations de vanneau huppé sont en diminution en France depuis quelques années. En moyenne, moins d'un jeune par femelle survit la première année.

La tourterelle des bois est le plus petit des Colombidés présent en France. Elle vit en milieu ouvert riche en arbres, arbustes, buissons ou haies. Cet oiseau migrateur se nourrit préférentiellement de graines et de fruits mais peut parfois consommer de petits animaux.

La perdrix grise appartient à l'ordre des Galliformes. Il s'agit d'une espèce chassable dont la population décline depuis quelques années. Le perdreau consomme des invertébrés avant de changer de régime pour se nourrir de végétaux à partir de 2-3 semaines.

septembre 2013

Les arbres isolés font partie intégrante du paysage agricole français. Ils ont un vrai impact sur la faune et la flore et présentent des intérêts non négligeables. Ils sont, par ailleurs, de très bons indicateurs de terroirs.

La salamandre tachetée est un amphibien qui peut mesurer de 12 à 20 cm de long et qui ressemble à un lézard. Elle est de couleur jaune et noire et affectionne les zones humides. Elle se nourrit d'invertébrés et principalement de lombrics.

septembre 2013

Cette plante très commune en France est bien connue des herboristes pour ses propriétés médicinales. Son abondance témoigne souvent de la présence de zones humides.

septembre 2013

Les orchidées sont des plantes qui appartiennent à la famille des monocotylédones. Elles sont souvent assez méconnues et sont le symbole d'une biodiversité exceptionnelle.

L’œdicnème criard est un limicole terrestre au plumage brun strié de noir. Il est très discret le jour et sort au crépuscule. Il se nourrit principalement d'insectes mais mange également des rongeurs, des petits lézards , des grenouilles et d'autres invertébrés.

septembre 2013

Ce sont des insectes aux couleurs vives et variées et ayant une très bonne aptitude au vol grâce à leurs deux paires d'ailes. Les odonates peuvent vivre, à l'âge adulte, de 7 à 15 jours selon les espèces.

septembre 2013

La mante religieuse est un insecte prédateur qui affectionne les prairies à la végétation embroussaillée et les environnements chauds. On trouve 9 espèces de mantes en France et la mante religieuse est la plus répandue d'entre elles.

Il s'agit du plus grand coléoptère d'Europe. Le mâle peut, en effet, atteindre 85 mm à l'âge adulte. Il possède d'énormes mandibules qui ne sont en fait pas très dangereuses.

septembre 2013

Le lézard vert peut vivre de 5 à 9 ans et fréquente les régions chaudes à la végétation buissonnante. Il peut atteindre 40 cm sans la queue et le mâle se distingue de la femelle grâce à sa gorge de couleur bleue.

C'est l'hirondelle la plus fréquemment rencontrée dans nos régions. Cette espèce migratrice est présente en colonies lâches sur l'ensemble du territoire français. Actuellement en déclin, elle est protégée.

septembre 2013

Le cormier est un arbre devenu rare en France et est au bord de l'extinction dans certains pays voisins. On le rencontre principalement dans les lisières forestières et dans les bois clairs. Il fait également parti des espèces testées en agroforesterie actuellement.