Vous êtes ici : Accueil > Actualités > PPA: les mesures de biosécurité s'imposent

PPA: les mesures de biosécurité s'imposent

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Au vu de la dispersion de la Fièvre Porcine Africaine (FPA ou PPA), les mesures de biosécurité obligatoires se sont renforcées en France. Les connaissez-vous?

Afin de limiter l’expansion de la maladie des clôtures ont été installées en Belgique et dans des départements frontaliers. Dans les zones dites à risques des battues sont organisées de façon à réduire la population de sangliers.

Il n’existe pas de vaccin, la biosécurité est le seul moyen efficace pour faire face à la FPA. En voici les points principaux:
 

1/ Créer 3 zones au sein des élevages dans le but de gérer les flux

  • La «zone d’élevage» est la zone ou sont détenus les suidés (dès la quarantaine). Cette zone doit être physiquement délimitée  (mûrs, murets, grillage, clôtures) de façon à éviter tout contact direct avec les suidés sauvages. 
     
  • La «zone professionnelle» est à l’extérieur de la zone d’élevage. L’objectif de cette zone est d’isoler autant que possible la zone d’élevage et de limiter la circulation de véhicules et de personnes n’ayant aucune utilité au fonctionnement de l’exploitation. Il doit y avoir une délimitation physique à l’entrée de la zone (barrière, chaine). Celle-ci pourra évoluer en une délimitation par un grillage / clôture et portail fermé en zone réglementée pour la PPA ou autre danger sanitaire réglementé. Dans cette zone peuvent circuler les personnes et véhicules indispensables au fonctionnement de l’élevage (camion de livraison ou d’enlèvement de suidés, d’aliments…). 
     
  • La «zone publique» doit permettre l’accueil des visiteurs et le stationnement des véhicules non indispensables au fonctionnement de l’élevage. C’est dans une zone que doit se trouver l’aire d’équarrissage. 

     

2/ Disposer de SAS sanitaire et contrôler les accès
Toutes entrées ou sorties de personnel doit se faire par un SAS qui est situé à l’interface entre la zone professionnelle et la zone d’élevage. Le SAS doit permettre à toutes personnes de revêtir une tenue et des bottes réservées à la zone d’élevage et de se laver les mains. Une marche en avant stricte doit être suivie dans le SAS. , le SAS doit être constitué d’une zone dite « sale » et d’une zone dite « propre ».Toutes introductions de matériel dans la zone d’élevage doit se faire par un SAS matériel ou une partie dédiée du SAS sanitaire. Le registre d’élevage doit être présent dans le SAS, les visiteurs doivent notifier leurs venues. Les intervenants réguliers sont inscrits dans le plan de biosécurité.

 

3/ Bétonner ou stabiliser l’aire d’équarrissage
Le stockage des cadavres doit se faire dans des conditions empêchant tout contact direct ou indirect avec d’autres suidés.. L’aire d’équarrissage doit être bétonnée ou stabilisée pour éviter toute contamination du milieu extérieur et permettre une désinfection de la zone (au minimum 1 fois par semaine).

 

4/ Désinfecter l’aire de stockage et le quai de chargement 
Le détenteur des animaux doit s’assurer que le véhicule venant charger les animaux a été nettoyé et désinfecté avant le début de tournée. L’aire de stockage des porcs doit être conçue de façon à ce que le chauffeur du camion n’ait pas accès à la zone d’élevage. L’aire de stockage est le quai doivent être nettoyés et désinfectés après chaque départ ou arrivée d’animaux ou au moins une fois par mois si aucune personne n’y pénètre par la zone d’élevage.

 

5/ Stocker à l’abri les matières premières, aliments et litière
Les aliments, la litière et les matières premières dans le cas de fabrication à la ferme doivent être stockés à l’abri de l’humidité et sans contact possible avec les suidés sauvage ou domestiques autres que ceux détenus sur l’exploitation. 
 

L’arrêté impose également qu’il y ait eu un nettoyage et une désinfection des salles, bâtiments, quarantaines, enclos avant la réintroduction de suidés. Les abords des bâtiments et enclos doivent être maintenus propres et dégagés de tout objet inutile afin de lutter contre les nuisibles. Une procédure de dératisation doit être en place sur l’ensemble de l’exploitation. Attention aux animaux domestiques, ils ne doivent en aucun cas pénétrer dans la zone d’élevage.
 

Tout détenteur de suidés (à partir d’un animal) doit suivre la formation biosécurité, arrêté du 16 octobre 2018, une dérogation s’applique uniquement aux détenteurs à titre non commercial et aux détenteurs de suidés de compagnie. La formation est prise en charge par le dispositif VIVEA. Inscription au 03.21.60.57.70, colette.wacheux@agriculture-npdc.fr

 

+ info:Marie BURET, conseillère Productions animales