Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Changement climatique: Pensez au bâtiment

Changement climatique: Pensez au bâtiment

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

De 5° à 22°C, une vache laitière est dans sa zone de confort. A partir de 25°C, elle doit s’adapter et entre 30°C et 35°C, elle est déjà en situation de souffrance.

Positionnement, choix des matériaux, choix du terrain...Le projet de construction d'un bâtiment d'élevage nécessite aujourd'hui de prendre en compte une multitude de paramètres. Rencontre avecGérard Boez (GAEC BOEZ) éleveur laitier à Preux au Sart. 

Votre nouveau bâtiment dispose d’un débord de toiture, d’une entrée d’air « directe », d’un pan de toiture isolée et le côté table d’alimentation ouvert, pourquoi ces choix?
Lors des fortes chaleurs, nous sentions dans notre ancien bâtiment le rayonnement sur les tôles, ce qui rendait la tache de paillage des logettes pénible. Cela nous a fait prendre conscience du rayonnement sur les bâtiments et l’impact qu’il pouvait y avoir sur les animaux l’été. Nous avons choisi de prioriser une isolation sous la toiture côté sud, un choix à la fois technique et économique. Dans la conception, nous avons évité de mettre des translucides en partie basse.
Le long pan exposé au sud, la partie basse du bâtiment est composé d’une seule plaque de 1.20m de haut en béton afin de limiter l’inertie thermique, complété d’un bardage bois sur 2m, qui se termine par une ouverture libre d’1m protégée par le débord de toit. Initialement, la pose de rideaux réglables était prévue, mais pour des questions économiques nous avons préféré le bardage bois avec ouverture libre. Dans une autre implantation, plus exposée au vent, le choix de la pose de rideaux aurait été plus sécurisant.
Le côté table d’alimentation, situé au nord, reste lui ouvert. De ce côté, le bâtiment est en contrebas d’un talus bordé d’une haie, ce qui assure une protection naturelle. L’orientation de la table d’alimentation permet de limiter l’échauffement de la ration l’été. Enfin, l’adaptation du bâtiment au changement climatique passe également par la mise en place d’équipements permettant de réduire la consommation d’énergie de l’exploitation : mise en place d’un pré-refroidisseur et d’un récupérateur de chaleur ; pose d’une cuve pour récupérer les eaux de pluies (pour le lavage des quais de traite) et éclairage basse consommation à base de LED.



« La réponse à cette problématique de la température élevée en été doit se faire dans une approche globale » explique Bertrand Flament, Conseiller bâtiment à la Chambre d’agriculture Nord-Pas de Calais
Face aux épisodes de plus en plus chauds et nombreux où les températures sont supérieures à 25°c, il est important d’adapter les bâtiments. Les répercussions sont néfastes que ce soit sur la santé des bovins ou sur le niveau de production en lait. L’exemple du bâtiment du GAEC BOEZ est particulièrement intéressant car sa conception s’est faite en vue d’optimiser l’ambiance du bâtiment et le confort des vaches laitières.Chaque élément de la construction a visé la réduction du rayonnement en limitant les surfaces de béton, en favorisant le bois en bardage, en limitant la surface de translucide, et en isolant la face sud du bâtiment.
Le renouvellement d’air a également été optimisé en créant des ouvertures libres avec un débord de toiture combiné à des bardages ajourés afin que le bâtiment puisse répondre aux conditions d’ambiances attendues que ce soit en hiver ou en été.
Les équipements de ventilation dynamique, de brumisation ou de douchage peuvent venir en complément aux aménagements évoqués précédemment mais doivent être raisonnés au regard des coûts d’investissement et de fonctionnement et surtout doivent assurer un confort homogène dans les aires de circulations et les aires de couchage au risque de favoriser des regroupements en station debout.
La réponse à cette problématique de la température en été, doit se faire dans une approche globale qui devra intégrer à la fois l’ambiance du bâtiment pour chaque catégorie de bovins, la ventilation de l’aire d’attente qui est un espace avec une forte densité d’animaux et parfois des petits volumes, mais également la disponibilité en eau et l’adaptation de l’alimentation. »



Les 13, 14, 20 et 21 novembre, les Journées de l’Elevage & du Bâtiment vous apporteront, des réponses ainsi que des pistes concrètes pour adapter vos élevages laitiers aux sollicitations du marché et aux changements climatiques. Organisé en partenariat avec les Groupes de développement (GEDA), l’événement se déploie sur quatre exploitations du Nord et Pas-de-Calais.  

La diversité des caractéristiques des exploitations choisies pour accueillir ces journées permet de varier les découvertes et de mettre en lumière des solutions abordables: robots, ventilation par rideaux, repousse fourrage, logettes matelas... L’entrée est gratuite sur inscription.
 

Renseignements et inscription:
03 21 60 57 70 
colette.wacheux@npdc.chambagri.fr (ou via notre formulaire en ligne)