Vous êtes ici : Accueil > Techniques & productions > Elevage > Zones humides

Zones humides

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

MAINTENIR L’AGRICULTURE EN ZONES HUMIDES EST PRIMORDIAL

Un tiers des zones humides du Bassin Artois-Picardie est occupé par des prairies humidesexploitées par des agriculteurs qui valorisent ces espaces, principalement par une activité d’élevage bovine. De façon plus marginale, certaines terres humides sont valorisées en maraîchage. Une des clés de préservation des zones humides du Bassin est donc la préservation de ces terrains exploités pour un usage agricole.

VIA CES ZONES HUMIDES, LES AGRICULTEURS RENDENT DE NOMBREUX SERVICES

Les agriculteurs sont les premiers gestionnaires des milieux humides. L’utilisation agricole durable et performante des zones humides permet de lutter contre l’abandon des terres, leur enfrichement et préserve leurs fonctionnalités.

Les prairies humides fauchées ou/et pâturées sont des habitats riches en biodiversité (flore et faune) et présentent des espèces propres à ce milieu plus ou moins rares. Inondées ou gorgées d'eau sur une pédiode plus ou moins longue, elles sont fort utiles à la régulation des cours d'eau, notamment pour la prévention des inondations. Elles sont à la fois le meilleur outil de gestion écologique et d’entretien applicable aux zones humides mais aussi l'un des moyens d'entretenir des mosaïques d'habitats et milieux plus ou moins ouverts, d’entretenir les paysages et de capter du carbone.

MISE EN PLACE DU PROGRAMME DE MAINTIEN DE L’AGRICULTURE EN ZONES HUMIDES (PMAZH)

Maintenir ces zones humides et préserver leurs fonctionnalités nécessitent une gestion adaptée de ces milieux. Cela suppose de renforcer les conditions de viabilité de l’élevage ou du maraîchage sur ces territoires en proposant des solutions adaptées répondant à trois dimensions : technique, financière et sociale.

Conscients de ces enjeux,l’Agence de l’Eau Artois-Picardie co-finance depuis 2013 en partenariat avec différents acteurs du monde agricole dont la Chambre d’agriculture, le Programme de Maintien de l’Agriculture en Zones Humides (PMAZH).

Celui-ci a pour vocation de préserver les prairies humides, et de maintenir l’élevage en revalorisant l’utilisation des prairies humides, tout en conciliant viabilité économique de l’exploitation et préservation des fonctionnalités des ZH (biodiversité, paysage…). Pour se faire, un accompagnement technique complet et gratuit est notamment proposé aux agriculteurs concernés. Cet accompagnement comporte entre autre: le suivi du parasitisme (analyses+audit), le calcul de la marge brute de l’atelier lait ou viande, l’observation des prairies avec des conseils sur leur gestion, la mise en place de la démarche Pâtur’Ajuste, des actions spécifiques sur le volet maraîchage…

ETES-VOUS CONCERNE(E) ?
Pour le savoir, vérifiez vite en vous appuyant sur la liste des communes impliquées ou en cliquant sur la carte interactive (utilisez l'outil 'i' sur la droite de l'écran et cliquez sur le secteur de votre choix sur la carte).

 

 

L’INTERET D’UN PROGRAMME MULTI-PARTENARIAL

Ce programme réunit une quinzaine d’acteurs avec des profils différents : techniciens agronomes, écologues. L’intérêt de travailler ensemble est de pouvoir réaliser une approche globale en tenant à la fois compte des objectifs et contraintes agricoles et environnementales.

L’ensemble des acteurs impliqués dans le PMAZH sont :

Agence de l’Eau  Artois Picardie, Avenir Conseil Elevage, Bio en Hauts-de-France, Chambre d’Agriculture du Nord-Pas de Calais, Chambre d’Agriculture de la Somme, Communauté d’Agglomération du Pays de Saint-Omer, Conseil départemental de la Somme, Conservatoire d’Espaces Naturels de Picardie, Métropole Européenne de Lille, Parc Naturel Régional de l’Avesnois, Parc Naturel Régional des Caps et Marais d’Opale, Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut, SCOPELA, Syndicat Mixte Baie de Somme-Grand Littoral Picard, VET’EL

LES PREMIERS RESULTATS

Entre 2013 et 2018, 57 prairies humides ont été suivies par le biais d’indicateurs. Cette première phase du programme a permis de recueillir des données précises, à l’échelle locale. Celles-ci facilitent l’acquisition de références et contribuent ainsi à parfaire notre connaissance et compréhension de ces milieux.

Au-delà des qualités environnementales que présentent ces prairies, il ressort de l’étude qu’elles peuvent être très intéressantes pour les éleveurs et pas uniquement sources de contraintes (faible portance, bêtes à l’eau). Les points forts qui sont ressortis et cités par les exploitants sont les suivants :

  • complémentarité très intéressante avec les prairies sèches,
  • utilisation des prairies humides pendant la période estivale pour le pâturage (pousse même en été),
  • aptitude au report sur pied, accès à l’eau pour les bêtes facilité (fossés, mares), bonne valeur alimentaire (équilibre fibre-protéine si flore diversifiée)…

 

Suite à ces constats, la démarche Pâtur’Ajuste a été proposée aux éleveurs volontaires afin de mieux comprendre le fonctionnement de ces prairies humides et leurs atouts.

LE SAVIEZ-VOUS

  • 137 éleveurs ont bénéficié du calcul de la marge brute de leur atelier lait ou viande
  • 57 prairies humides ont été suivies précisément
  • + de 100 élevages ont bénéficié du suivi du parasitisme
  • Plus d’une vingtaine d’éleveurs désormais engagés dans la démarche Pâtur’Ajuste

 

PMAZH 2019-2024

L’acquisition de référence prenait fin en 2018. Le nouveau PMAZH (2019-2024) vise désormais à mettre à profit les premiers résultats en proposant un appui technique adapté au plus juste aux besoins des agriculteurs situés dans ces zones. Certaines actions se poursuivent (suivi du parasitisme, calcul des marges brutes) et de nouvelles voient le jour. Parmi les nouveautés, du conseil individuel et collectif supplémentaires seront proposés aux agriculteurs. La démarche Pâtur’Ajuste se développe également sur plusieurs territoires.

Contact

Nord-Pas de Calais

Anne-Laure DEMARTHE
Chargée de mission Maintien de l’Agriculture en Zones Humides
Port.: 06 84 79 27 84
Mail: anne-laure.demarthe@agriculture-npdc.fr

Somme
Stéphane Verscheure
Mail: s.verscheure@somme.chambagri.fr