Vous êtes ici : Accueil > Actualités

Détail de l'actualité

Imprimer la page

Tous les fumiers n’ont pas la même valeur

Le saviez-vous? Les effluents, souvent issus de votre élevage, n’ont pas tous les mêmes caractéristiques (densité, valeur analytique, comportement agronomique, …).

La quantité de produit épandue déterminera la quantité d’éléments fertilisants apportés. En système « bovins », le système de logement impacte de façon significative la densité des produits épandus. Les abaques ci-dessous vous permettent de mieux apprécier la quantité épandue en fonction de la taille de votre épandeur.

Densité de quelques fumiers

Fumier litière accumulée de bovins 

500 à 800 kg/m3

Fumier mou de bovins
(logettes paillées) 

700 à 900 kg/m3

Compost de fumier de bovins

800 à 900 kg/m3

Fumier de volailles après stockage  

400 à 500 kg/m3

 

Exemples:

  • Si vous épandez votre fumier mou qui mesure 800 kg/m3, avec votre épandeur de 9m3, vous épandez environ 7,2 t. 
  • Si vous épandez votre fumier de volailles qui mesure 450 kg/m3, avec votre épandeur de 9m3, vous épandez environ 4 t.

 

Bien apprécier la composition des fumiers
La composition des fumiers peut varier de façon significative en fonction du type d’animaux, de leurs modes de logements, du stockage ou du traitement (compostage par exemple) qu’ils peuvent subir :

  • Après compostage, les fumiers sont plus concentrés et présentent donc des teneurs en éléments fertilisants plus importantes.
     
  • Le niveau de paillage influence de manière significative la teneur en matière sèche, en matières organiques et en potasse des fumiers : ainsi, plus le niveau de paillage est important, plus la teneur en potasse du fumier est élevée.
     
  • Pour ce qui est de la teneur en azote des fumiers de bovins, elle peut également varier entre 5 et 7 kg/t en fonction du type de fumier. Le comportement de l’azote varie également en fonction des caractéristiques du fumier. En particulier, les fumiers bien décomposés libèreront plus facilement leur azote pour la culture qui suit l’épandage que les fumiers pailleux.
     
  • Enfin, les fumiers de volailles présentent des teneurs en matière sèche élevées et par conséquent des concentrations en éléments fertilisant beaucoup plus élevées que les fumiers de bovins. Par exemple, une tonne de fumier de volailles contient environ 4 fois plus d’azote, 8 à 10 fois plus de phosphore et 3 fois plus de potasse qu’un fumier de bovins. Les doses d’épandage des fumiers de volailles seront donc inférieures à 10 t/ha.

 

Et leur comportement agronomique

  • En termes de comportement agronomique, il faut savoir que la totalité de la potasse amenée par les fumiers est disponible.

 

  • Pour le phosphore, le coefficient de disponibilité des effluents d’élevage varie entre 65% pour les effluents de volailles et 100 % pour les effluents de bovins.

 

  • Pour ce qui est de l’azote, les effluents de volailles sont apparentés à des types II au titre de la réglementation en zones vulnérables. Ils libèrent donc rapidement leur azote. On peut estimer qu’environ 50% de l’azote sera libéré en première année.
     
  • Pour les  fumiers de bovins (classés en type II) par la réglementation en zones vulnérables, l’azote qu’ils contiennent sera moins disponible : entre 20 et 30% en première année.
     

Contact : SATEGE au 03 21 60 57 60