Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Concours Sors tes couverts 2019

Concours Sors tes couverts 2019

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

La première édition du concours Sors tes couverts 2019 dans l’Oise s’est achevée en novembre dernier. Monsieur Martin Proffit, étudiant et agriculteur à Forfry (77) est le gagnant.

Olivier Garnier, agriculteur au Plessis-Placy (77), président de l’Odase et membre du jury, nous explique les tenants et aboutissants de ce concours pour le moins original.


Quelle est l’origine de ce concours ?
Ce concours est né au cours d’un voyage d’étude organisé par le club Dynamique Projets de la FDSEA. La FDSEA 51 le propose depuis deux ans et, avec sa permission, la Chambre d’agriculture de l’Oise a « importé » ce concours dans l’Oise.

Quels sont ses objectifs ?
Il permet, comme le concours de labour en son temps, de créer une émulation positive pour faire avancer l’agronomie. Le couvert, quelles que soient les pratiques des agriculteurs, a des impacts positifs quand il est choisi et conduit de la façon qui convient. L’objectif est de multiplier les expériences partout dans le département et d’arriver à dégager des tendances pour améliorer nos pratiques.

Qu’en avez-vous retenu ?
Loin de tout savoir sur les couverts, je continue d’apprendre tous les jours. L’organisation de ce concours m’a permis aussi de m’améliorer grâce à tous ceux qui ont participé et aux secrets de fabrication que nous découvrons. Merci à tous ceux qui nous ont suivis dans l’aventure !

 

Didier Malé, président du Regroupement des Organismes de Sauvegardes de l’Oise (ROSO) et membre aussi du jury revient sur cette première édition.


Quelles ont été vos motivations pour participer à ce concours ?
L’initiative intéressante a suscité l’envie de répondre favorablement à la demande des organisateurs dans le cadre d’une démarche vers une agriculture plus respectueuse des sols et de l’environnement.

Qu’en avez-vous retenu ?
Cela m’a appris beaucoup de choses sur le monde agricole notamment avoir les clés pour comprendre le pourquoi des couverts végétaux. Suivant l’objectif que l’on souhaite atteindre pour l’agronomie du sol et la biodiversité, certains couverts sont denses avec un mélange de multiples variétés. On parle en ce moment des ZNT, peut-il être envisageable de mettre en place des couverts végétaux dans ces zones ?

Participeriez-vous à nouvelle édition de ce concours ?
Oui, bien sûr. Je trouve cela très intéressant et j’y apprends sur la technique agricole en faveur de l’environnement.

 

Martin Proffit, étudiant en alternance à UniLaSalle de Rouen et agriculteur sur l’exploitation familiale à Forfry (77) est le gagnant de cette première édition et partage son expérience.

Pourquoi avoir choisi des couverts aussi diversifiés ?

Passionné depuis plusieurs années par l'agronomie et l'agriculture de conservation des sols, et ayant la possibilité mettre en place des essais et projets sur l'exploitation, nous avons monté un élevage ovin basé sur la valorisation de couverts végétaux et le pâturage de prairies jusqu’alors inutilisées. Les couverts ont donc un intérêt triple sur l’exploitation :
- Pour l’élevage : fournir un fourrage de qualité à bas coût pour les brebis et agneaux en automne lors de la lactation et de l’engraissement.
- pour le sol : améliorer la structuration des sols de la ferme, entretenir une macro et micro faune diversifiée mais aussi lutter contre l’érosion et le salissement tout en apportant de l’azote organique au système.
- pour la faune sauvage : favoriser la présence d’insectes par le biais des plantes mellifères, fournir gîte et couverts à la faune sauvage et notamment au petit gibier.


Quels bénéfices recherchez-vous avec vos moutons dans vos couverts ?


Pour l’élevage : une lactation et un engraissement de qualité pour de bonnes performances d’élevage, un couvert dense mais pas trop pour trouver leurs petits et un couvert appétant pour les brebis, représentant une ration riche mais équilibrée
Du point de vue du sol, la restitution de la matière organique végétale transformée en matière organique animale par le pâturage permet également d’accélérer la disponibilité en azote pour la culture suivante. Le piétinement des brebis aide également à lutter contre les mulots qui sont un problème courant en agriculture de conservation.


Seriez-vous partant pour une nouvelle édition du concours ?
Bien sûr, j'avais rencontré Bertrand Patenotre gagnant du concours de la Marne et j'étais en contact avec Olivier Garnier, agriculteur au Plessis Placy qui m'a averti de la mise en place du concours dans l'Oise. Je me suis donc inscrit pour cette première édition. Il y a un aspect convivial lors des différents échanges (à venir visite d'essais pour la remise des prix) et cela est enrichissant et montre un état des lieux dans le secteur. Ce type de concours permet de s’inspirer des réussites venant d’ailleurs et d’améliorer son propre système.

 

Liste des partenaires du concours "Sors tes couverts 2019"